La course effrénée du gouvernement thaïlandais pour recriminaliser le cannabis d'ici Noël sera un défi titanesque

La course effrénée du gouvernement thaïlandais pour recriminaliser le cannabis d’ici Noël sera un défi titanesque

Dans un retournement saisissant de politique intérieure, le gouvernement thaïlandais est engagé dans une course contre la montre pour recriminaliser le cannabis avant les festivités de Noël. Cet article explore les enjeux colossaux et les défis complexes que cette démarche représente pour le pays, tout en scrutant les implications légales, sociales et économiques d’une telle décision. Un véritable défi titanesque s’annonce pour la Thaïlande, qui doit naviguer entre pressions internationales, opinions publiques divisées et intérêts économiques contradictoires.

La course effrénée du gouvernement thaïlandais pour recriminaliser le cannabis d’ici Noël sera un défi titanesque

Le Premier ministre thaïlandais, Srettha Thavisin, a récemment annoncé son intention de voir une nouvelle loi sur la recriminalisation du cannabis entrer en vigueur avant la fin de l’année 2024. Cette démarche intervient après une période de régulation floue et peu efficace qui a vu fleurir environ 6 000 dispensaires à travers le pays, entraînant ce qu’on estime être une industrie milliardaire en dollars. L’enjeu ici est de transitionner d’un marché vaguement contrôlé à une interdiction totale de la consommation récréative du cannabis.

Contrôles et légalités en question

Jusqu’à présent, la responsabilité de surveiller l’usage du cannabis était entre les mains de la Food and Drug Administration (FDA) civile, qui souffre d’un manque de personnel formé pour faire face au problème efficacement. En parallèle, le Narcotics Control Board gère la réglementation autour des violations des concentrations en THC (élément hallucinogène du cannabis). Cependant, les preuves d’investigations et de coopérations entre ces deux entités sont minimes, rendant la police régulière réticente à intervenir.

Les implications d’une prescription médicale

Le nouveau projet de loi prévoit d’autoriser la vente de cannabis uniquement à des fins médicales, ce qui nécessitera une prescription payante d’un médecin. Toutefois, la nature parfois subjective de conditions médicales telles que l’insomnie ou la dépression rend les diagnostics difficiles à prouver objectivement, laissant ainsi la porte ouverte à des abus. De plus, la culture domestique du cannabis est actuellement largement répandue en Thaïlande, avec une réglementation insuffisante sur le nombre de plants ou leur localisation.

Implications économiques et sociales

La décision de recriminaliser le cannabis à des fins récréatives pourrait avoir des implications économiques importantes. Selon Prasitchai Nunual, secrétaire général de Thailand’s Cannabis Future Network, ce revirement pourrait marquer un pas en arrière pour l’économie thaïlandaise. Il argumente que les substances comme le tabac et l’alcool, prouvées néfastes pour la santé publique, ne sont pourtant pas interdites, ce qui expose une certaine incohérence dans les politiques gouvernementales.

En conclusion, en pleine tentative de régulation sévère du cannabis, le gouvernement thaïlandais se trouve face à un ensemble complexe de défis législatifs, sociaux et économiques. Recriminaliser le cannabis récréatif d’ici Noël représente une tâche ardue qui necessitera une approche équilibrée pour ne pas pénaliser inutilement des aspects de l’économie tout en protégeant la santé publique. Pour plus d’informations et suivre cette évolution, restez connectés.

Bonjour ! Je m'appelle Chris, j'ai 35 ans et je suis un Digital Nomad, expatrié en Thaïlande depuis début 2010. J’essaye de visiter au maximum la Thaïlande tout en développant mes activités sur Internet. J'adore découvrir de nouvelles cultures, rencontrer des gens inspirants et partager mes expériences. Mon site web, je l'espère vous guidera dans votre prochain voyage en Thaïlande.