Bangkok : l'asphyxie sous le smog aux particules fines en Thaïlande

Bangkok : l’asphyxie sous le smog aux particules fines en Thaïlande

Une brume toxique enveloppe Bangkok

Un épisode sévère de pollution de l’air affecte actuellement la vibrante métropole de Bangkok, où un ensemble de facteurs, notamment les pratiques agricoles de brûlage et la forte densité du trafic routier, intensifient la présence de particules fines dans l’atmosphère. Malgré les interventions via des précipitations induites, la situation peine à s’améliorer.

Des mesures d’urgence face à l’urgence sanitaire

Face à cette crise écologique, les autorités thaïlandaises ont pris la décision d’encourager le télétravail pour les employés du gouvernement pendant plusieurs jours, une mesure qui a été suivie par d’autres habitants de Bangkok. Le gouverneur de la ville, Chadchart Sittipunt, a mentionné que cela concernerait environ 60 000 travailleurs du secteur municipal, dans une ville qui en compte plus de onze millions. De plus, certaines écoles dans les quartiers les plus touchés par la pollution ont obtenu la permission de suspendre les cours présentiels au profit de l’enseignement à distance pour une durée d’une semaine.

L’indicateur alarmant des particules PM2.5

  • Niveau de PM2.5 relevé : 75 µg/m³
  • Norme de sécurité thaïlandaise : 37,5 µg/m³
  • Le niveau actuel est le double de la norme admissible

Ces particules fines, dont le diamètre est inférieur à 2,5 micromètres, sont particulièrement nocives car elles pénètrent profondément dans le système respiratoire. Le journal local signale que leurs concentrations ont atteint des seuils deux fois plus élevés que les normes de sécurité nationales établies. Cette densité de pollution a d’ailleurs été confirmée par les relevés du 14 février, accentuant l’alarme sur les conséquences sanitaires de cet air vicié.

L’enjeu de l’accès à l’information

Pour obtenir plus de détails sur cette situation…

Il est important de noter que l’accès à des informations complètes sur cette question est essentiel pour la population, afin de prendre les mesures adéquates pour se protéger de la pollution et participer aux efforts de réduction de celle-ci. Il est également essentiel de soutenir un journalisme indépendant qui peut fournir une couverture approfondie de tels événements.

Bonjour ! Je m'appelle Chris, j'ai 35 ans et je suis un Digital Nomad, expatrié en Thaïlande depuis début 2010. J’essaye de visiter au maximum la Thaïlande tout en développant mes activités sur Internet. J'adore découvrir de nouvelles cultures, rencontrer des gens inspirants et partager mes expériences. Mon site web, je l'espère vous guidera dans votre prochain voyage en Thaïlande.